Body image, body positive: attention!

Body Positive Fribourg

Le body positive, le body acceptance, le body love - c'est du lourd! On y va? :-)

Cela fait plusieurs mois que j'ai envie de t'en parler et c'est ce matin que je me retrouve assise devant mon écran. Cela ne faisait pas partie de ma To-do-list mais comme souvent, je suis mon impulsion. Ce qui est là, est juste. 

Ce qui a donné l'impulsion, c'est le commentaire d'une partisane du Body Positive sur mon corps il y a quelques jours. Je t'en parle plus loin. 

Body image = l'image de soi

Si tu me suis depuis un moment, tu sais que j'aime mettre des définitions à des concepts comme point de départ. Histoire que nous soyons sur la même longueur d'onde pour commencer. 

Alors, qu'est-ce que le body image (image de soi en français)? L'association américaine des désordres alimentaires (NEDA) écrit: 

L’image de soi est la façon dont on se voit quand on se regarde dans le miroir ou quand on s’imagine dans sa tête. Cela comprend :

Ce que nous croyons de notre propre apparence (y compris nos souvenirs, hypothèses et généralisations).
Comment nous nous sentons par rapport à notre corps, y compris notre taille, notre forme et notre poids.
Comment nous ressentons et contrôlons notre corps lorsque nous bougeons.  
— NEDA

La définition de Psychologies magazine est plus succincte " Idée que chacun d'entre nous se fait de son identité physique (apparence)". 

Dans les deux cas, on comprend que l'image de soi c'est la façon dont nous percevons notre corps. Notre perception de notre corps nous en dit beaucoup sur notre relation avec nous-mêmes. 

Bien que notre perception nous soit propre - elle est influencée par le monde extérieur (la publicité, les magazines de mode, les commentaires des copains/copines d'école, l'interprétation du regard et des paroles des autres etc.) - tout cela n'est pas nouveau et toujours d'actualité. 

Pendant ma deuxième année de Bachelor à l'université, j'ai suivi un module de Culture Populaire (Popular Culture). J'avais choisi comme travail de recherche l'image de soi influencée par la culture et en particulier la publicité. Je n'ai plus les chiffres en tête et c'était il y a plus de 10 ans (je faisais mes recherches dans des livres à la bibliothèque!!) mais c'était quelque chose comme toutes les minutes, nous sommes confrontés à une image parfaite qui met en doute l'image que nous avons de nous-mêmes. Alors aujourd'hui, les chiffres seraient encore plus effrayants ! Il faut des fondations sacrément solides (connaitre sa valeur) pour rester aligner (ma stratégie number one: je ne regarde plus la tv et n'achète plus de magazines féminins. À la place, je vis :-) ). 

IMG_7459.jpg

En lisant cette première partie, il se peut déjà que quelque chose se passe en toi. Un incomfort, une détermination à changer ta perception, de la colère, de l'amour ou de la gratitude.

Je t'invite à marquer une pause et à respirer profondément pour faire le point.

*Respire profondément 3x*

Quelle image as-tu de ton corps?

Quelle est ta relation avec ton corps? 

Est-ce que tu es plutôt à l'oublier (par exemple, tu te cognes dans tous les meubles)?

Est-ce que tu as plutôt tendance à le masquer (maquillage extrême, coupe de visage qui cache ton visage etc.)?

Est-ce qu'il est un poids? Une contrainte? 

Est-ce que tu danses avec - c'est ton partenaire de vie / ton allié? 

Exercice: je t'invite à noter 5 choses que ton corps te permet de faire chaque jour pour lesquelles tu es reconnaissante. Puis, ferme les yeux et ressens cette gratitude en te connectant avec ton corps (ressens les pieds qui touchent le sol, l'air qui caresse ton visage, le poids de ton corps sur la chaise). 

*Respire profondément 3x*

Body image: s'aimer radicalement

L'image de soi est quelque chose qui m'intéresse depuis longtemps. La première fois, je me souviens, j'avais 15 ans. J'écoutais parler une amie du lycée qui était arrivée en France à ses 10 ans après un temps de guerre dans son pays.

Elle me racontait que pour elle, l'arrivée en France fût un choc. Elle avait senti un basculement si contrasté d'un monde d'innocence et de jeux (pourtant c'était la guerre!) à un monde où le rapport au corps était malade. Cette amie me racontait qu'elle avait souffert de boulimie plusieurs années peu après son arrivée. 

Alors que je l'écoutais, je ressentais de la colère envers mon pays. Et en même temps, je sentais à quel point la relation avec mon corps allait mieux (même ssi ce n'était toujours pas le top mais c'était mieux). Probablement à la même période qu'elle, alors qu'on ne se connaissait pas, la relation à mon corps était malade. 

Je devenais femme et je ne l'acceptais pas. Je subissais des moqueries à l'école sur mon physique. J'ai commencé à m'arrondir à cette période sans devenir en surpoids (ma perception était tout autre: j'étais grosse!). 

Le message derrière cette histoire c'est que l'acceptance et l'amour de soi est quelque chose qui se cultive. De mes 13 ans à mes 16 ans, j'avais fait un bond en avant. J'avais changé d'école (mon environnement), j'étais plus fière de mes différences. 

Dans la vie, nous vivons des expériences qui mettent nos corps à épreuve et donc notre relation à celui-ci. Le vieillissement, les grossesses, les régimes, les ruptures, les deuils, les maladies, les accidents etc.

À chaque changement, nous avons besoin de temps pour nous réapproprier notre corps. Le surpoids et/ou la malnutrition, c'est souvent signe que l'on a coupé la relation avec notre corps et que nous marchons à côté. Si tu marches main dans la main avec toi-même, qu'est-ce que cela changerait? 

Être centrée pour toujours mieux s'accepter

Il y a quelques jours, je rencontrais une partisane du Body Positive. Nous nous étions à peine dit bonjour qu'elle s'exclame de façon plutôt abrupte et peu respectueuse sur mon corps en me demandant si j'avais (encore?) perdu du poids. J'ai été déroutée par son commentaire et j'ai commencé à me justifier (chose que je DETESTE faire!): "non je n'ai pas "encore" perdu du poids et ce n'est pas mon souhait d'ailleurs, je me sens bien comme ça". Et dans ma tête, ça a continué "j'ai une squelettique fine, mes articulations sont très fines, mon bassin est étroit". Phew! Non, mais! "Est-ce que je t'en pose moi des questions sur ton corps et tes formes?". Non! Et cela ne m'intéresse pas! *Flo, respire!*. :)

Plusieurs choses à noter:

  • le "encore" suggère qu'au cours de nos rencontres, elle scrutait peut-être ma silhouette? qu'est-ce qui se passait dans sa tête? est-ce qu'elle se comparait?
  • est-ce que pour elle, le body positive, n'est que dans un sens? Accepter les rondeurs et pas la minceur? Intéressant. Pour moi, le body positive, c'est accepter TOUS les corps peu importe les formes et les couleurs. 

Après notre rencontre, j'ai repensé à ce cours échange et j'ai réalisé encore plus à quel point les commentaires que nous faisons sans tact peuvent-être dommageables.

En effet, on juge facilement un corps sans savoir ce qu'il se passe dans la vie de cette personne. 

Même si j'avoue avoir ressenti de la colère après coup - surtout par son rôle de partisane du body positive - j'ai maintenant compris une chose: nous sommes tous et toutes en chemin. 

Cela montre pour moi, que cette personne a clairement du chemin devant elle. Son commentaire m'a permis de mener une réflexion et de maturer mon ressenti pour moi et pour vous. Alors, je lui dis "merci" quand même (même si je ne cache pas qu'il y en encore une partie de moi qui dit what the fcuk? *breathe in, breathe out Flo*". 

Est-ce que tu comprends pourquoi il est important d'être centrée? Cultiver l'amour de soi, connaitre tes valeurs et tes forces, te permet de retomber sur tes pieds pendant / après la tempête. Parce que des commentaires, nous en recevons. Avec 25kg en trop ou en moins. Il y a toujours quelqu'un rempli d'insécurité et de doute pour venir semer la pagaille (et te faire évoluer). :-) 

Reprend contact avec ton corps

Sarah Vez body image

Au début de l'été, la talentueuse et extraordinaire Sarah Vez a exposé JUST WORDS - une collection de portraits qui met en lumière 1) la relation que nous avons avec notre corps et 2) le jugement que nous portons sur les autres et à quel point il est dommageable. 

Une personne avec un "corps parfait" peut être en grande souffrance. On peut la juger comme chanceuse ou comme salope (rude, non?). Finalement, le jugement que nous avons sur l'autre, en dit long sur notre relation à notre propre corps. 

Cette exposition était spectaculaire et bouleversante. Par sa mise en scène tout d'abord - sa simplicité ne créait aucun échappatoire: nous - face aux portraits. Je crois que chacun et chacune, nous nous sommes posés la même question: et moi, qu'est-ce que j'écrirais sur mon corps?

Peu importe où nous en sommes aujourd'hui, nous avons la possibilité d'aller là où nous voulons être demain. 

Je dis régulièrement à mes clientes que quelque part, nous accordons trop d'importance à nos corps. N'est-ce pas le contraire du body positive, alors? Non, je ne crois pas. Comme notre rapport à l'alimentation, je propose de retrouver un certain juste milieu, une insouciance. Reconnaitre notre corps pour ce qu'il est et tout ce qu'il nous permet de faire. Le remercier et en prendre soin pour dédier notre feu / notre énergie à tous les projets qui nous tiennent à coeur et que notre corps nous permet de faire.

J'espère que cet article a été utile pour toi. Si tu as envie d'aller plus loin, écris-moi! Et si tu penses que cet article peut donner une impulsion positive à une amie, partage-le! 

BODY, SOULFloriane Letulle